Enfance, croissance et musculation

Qui n’a pas déjà entendu l’affirmation suivante ? « un enfant ou un adolescent ne peut pas faire de musculation car cela stoppe la croissance ! » C’est à croire que beaucoup de gens s’y connaissent en ce qui concerne le fonctionnement du corps humain

Est-ce une hérésie ? ABSOLUMENT

Nous laissons nos jeunes pratiquer du basketball, du rugby, du football, de la gymnastique, de l’équitation, du judo, de la boxe… Mais avant 16 ans il est interdit de pouvoir s’inscrire dans une salle de musculation, pourquoi !!!! ?

La réponse est simple : la musculation stoppe la croissance, nous empêche de grandir car le corps n’est pas fait pour manipuler des charges avant l’âge adulte. C’est dangereux… On en rit tout de suite ou maintenant ?

Jouer au foot dès 6 ans, avaler des heures de gymnastique pour travailler la souplesse à en « vomir » du collagène, multiplier les sauts au basketball et j’en passe. Toutes ces contraintes seraient bonnes mais pas la musculation ? pourquoi ?

Cette idée reçue doit mourir.

 

La musculation stimule la croissance (1)

En pleine croissance, les tissus musculaire, osseux, tendineux se développent pour préparer le corps à l’âge adulte et nous permettre d’évoluer de manière normale. Or, plus nos tissus seront stimulés (raisonnablement), plus ils seront résistants.

Les recherches ont montré que la densité osseuse d’un adulte était liée à l’activité physique qu’il avait eu au jeune âge. Un os dense est un os qui s’est développé en ayant subi des contraintes comme des chocs (course à pied). (2)(3). Or, la musculation est un sport de contraintes, il est donc positif pour la croissance des jeunes. De plus, la musculation se pratique dans un espace stable, avec des positions verrouillées, sur des machines adaptées. La seule exigence importante à prendre en compte est la qualité du mouvement exécuté.

Cette maturité osseuse est aussi permise par les tensions exercées par le développement musculaire, peu importe le sport utilisé. Mais il est vrai que certains sports sont plus adaptés que d’autres pour accentuer tes tensions, et améliorer le développement osseux. (4)

La course à pied sera alors plus efficace que la natation par exemple.

Je cite :

« La pratique régulière d’activités physiques où l’on doit supporter son poids ou déplacer des poids importants a des effets bénéfiques sur la santé osseuse, et ce, tout au long de la vie. Elle permet de :

  • maximiser l’accumulation des minéraux dans les os pendant l’enfance et l’adolescence (phase

d’évolution) et, ainsi, de maximiser la hauteur du pic de masse osseuse qui sera atteint plus tard,

  • maintenir la masse osseuse au début de l’âge adulte (phase de consolidation),
  • diminuer la perte osseuse à un âge plus avancé (phase d’involution).

Voilà notamment pourquoi il faut amener les personnes de tout âge à adopter un mode de vie physiquement actif et, surtout, à le conserver. » (5)

Fuchs et ses collaborateurs (2001) ont étudié, chez 89 enfants de 6 à 10 ans, les effets des sauts à grand impact au sol. Les enfants devaient sauter 100 fois par séance (3 séances de 20 minutes par semaine), du haut d’un bloc de 61 cm (la force de réaction au sol équivaut à 8 fois celle du poids corporel). Après sept mois, par rapport aux enfants du groupe témoin qui faisaient des exercices d’étirement, on a observé chez les enfants du premier groupe une plus grande augmentation de la densité minérale osseuse des vertèbres lombaires (2,1 % contre 1,0 %). (6)

 

Conclusion 

Vous, parents, êtes les seules personnes à pouvoir diriger vos enfants dans la bonne direction pour leur futur. La santé, de nos jours, est très importante, surtout à une époque où la sédentarité est très criante et conduit à de lourdes conséquences à l’âge adulte, on parle d’obésité, de diabète, d’ostéoporose, de maladies métaboliques…

Pensez à vos enfants

Sources :

  1. Peltonen JE, Taimela S, Erkintalo M, Salminen JJ, Oksanen A, Kujala UM. Back extensor and psoas muscle cross sectional area, prior physical training, and trunk muscle strength a longitudinal study in adolescent girls. Eur J Appl Physiol Occup Physiol. 1998;77:66-71.
  2. Lloyd T1Chinchilli VMJohnson-Rollings NKieselhorst KEggli DFMarcus R. Adult female hip bone density reflects teenage sports-exercise patterns but not teenage calcium intake. Pediatrics. 2000 Jul;106(1 Pt 1):40-4.
  3. Vicente-Rodríguez G1.How does exercise affect bone development during growth? Sports Med. 2006;36(7):561-9
  4. C.C. Silva, T.B.L. Goldberg, A.S. Teixeira, J.C. Dalmas. The impact of different types of physical activity on total and regional bone mineral density in young Brazilian athletes J Sports Sci, 29 (3) (2011), pp. 227-234
  5. Avis du comité kino-québec
  6. Fuchs RK et al. (2001) Jumping improves hip and lumbar spine bone mass in prepubescent children: a randomized controlled trial. J Bone Miner Res 16:148-56.
By |2018-12-23T21:06:05+02:00décembre 9th, 2018|Blog|Commentaires fermés sur Enfance, croissance et musculation