L’importance d’une bonne hydratation

Hydratation ? On en parle mais finalement qui sait ce que ça veut dire ? En physiologie, l’hydratation se définit comme étant la capacité d’un corps à absorber de l’eau. Pour nous, êtres humains, c’est indispensable car nos cellules ont besoin de cette eau (sous forme chimique H2O) pour vivre et assurer le bon fonctionnement de notre organisme. L’hydratation ou consommation hydrique est vitale. On vous explique pourquoi.

I. Hydratation et fonctionnement cellulaire

Masse Hydrique Totale Corporelle

Masse Hydrique Totale Corporelle

L’eau représente en moyenne 60% du poids corporel chez l’homme, 50 à 55% chez la femme (EFSA 2010). Imaginons donc que pour un homme de 70kg, sa teneur hydrique soit environ de 42 litres. Bien entendu, il s’agit d’une moyenne, mais cela nous donne un ordre d’idée et met surtout en avant la prédominance de l’eau dans notre organisme. En revanche, il semblerait que la teneur en eau dans la masse maigre (muscle) soit à peut près constante (73%) alors que dans le tissu adipeux (graisse) la teneur en eau serait d’environ 10%.

Répartition de l'eau dans les différents compartiments du corps

Répartition de l’eau dans les différents compartiments du corps

Regardons d’un peu plus près le cheminement de l’eau à partir du moment de son ingestion. L’eau est alors absorbée dans le tractus gastro-intestinal (trajet entre la bouche et l’anus). Elle pénètre ensuite dans le système vasculaire, les espaces intracellulaires et va ensuite être acheminée dans les cellules. A savoir que l’eau intracellulaire (dans la cellule) contient 65% de l’ensemble de la masse hydrique du corps. L’eau est très vite absorbée, elle mettrait environ 5 minutes pour se retrouver dans les cellules sanguines par exemple (Peronnet et al.2012).

Absorption de l'eau et hydratation cellulaire.

Absorption de l’eau et hydratation cellulaire.

II. Hydratation et thermorégulation

La thermo-quoi ?? La thermorégulation est une processus physiologique visant à permettre au corps de conserver une température idéalement située autour des 37°C (entre 36,1 et 37,8). L’être humain est un organisme homéotherme : sa température centrale reste constante quelles que soient les variations du milieu extérieur.

Par opposition aux organismes homéothermes, on définit comme poïkilothermes, les animaux dont la température centrale varie en fonction du milieu extérieur. Il s’agit principalement des reptiles et des poissons.

On parlera ici de l’action concrète de l’eau dans la régulation de la température corporelle. Lorsque l’on réalise une activité physique, notre derme, partie épaisse de la peau, qui abrite les glandes sudoripares, va excrété de l’eau sous forme de gouttelettes qui auront pour rôle de diminuer la température du corps au détriment du bon fonctionnement cellulaire ce qui signifie qu’en situation de transpiration, il est nécessaire de penser à s’hydrater régulièrement car outre de l’eau, nous perdons des minéraux, essentiels à notre organisme.

III. Hydratation et dangers

La sueur est le principal mécanisme de thermorégulation chez les personnes actives. Au cours de l’activité physique, par exemple, le coefficient d’utilisation métabolique des muscles est d’environ 20 %, avec une libération de 80 % d’énergie sous forme de chaleur (Powers et Howley 1997). L’évaporation sudorale est, dans ce processus, particulièrement efficace : l’évaporation d’1 litre de sueur à 30 °C entraîne une perte de 580 kcal sous forme de chaleur (Wenger 1972). 

Comme nous l’avons vu, la transpiration doit être compensée. Sinon, peuvent survenir des crampes. Elles résultent des pertes de sodium et de chlore secondaires à la transpiration. Si ces pertes persistent, ne sont pas compensées, et s’accompagnent d’une température élevée pour une durée longue, peut apparaitre un syndrome d’épuisement.

Néanmoins, les pertes minérales, si elles sont compensées, n’auront que peu d’impact sur la performance, même après un effort prolongé (7 heures). Le facteur limitant de la performance sera, à terme, un manque en glucose, carburant essentiel de la cellule. Vous risquez alors une hypoglycémie, sensation de froid, malaise.

Conclusion

L’eau c’est la vie ! Nous ne somme pas habitants de la planète Bleue pour rien, elle-même composée en majorité d’eau, nous en sommes les « in »-dignes héritiers. Nous fonctionnons grâce à cette eau. Hydratez vous donc avec une eau riche en minéraux (calcium, magnésium, potassium, sodium…). Le but étant d’assurer un bon fonctionnement de l’organisme et de vous permettre d’optimiser vos performances.

Sources :

  1. Peronnet F, Mignault D, du SP, Vergne S, Le BL, Jimenez L, Rabasa-Lhoret R. (2012) Pharmacokinetic analysis of absorption, distribution and disappearance of ingested water labeled with D(2)O in humans. Eur J Appl Physiol.
  2. Sweat Mineral-Element Responses During 7 h of Exercise-Heat Stress, 2007.

3.  https://biologiedelapeau.fr

 

 

By |2019-02-13T15:43:09+00:00février 13th, 2019|Blog|Commentaires fermés sur L’importance d’une bonne hydratation